Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mai > CE N’EST QU’UN DEBUT,…..

CE N’EST QU’UN DEBUT,…..

Raoul Marc Jennar | jennar.fr | lundi 7 mai 2012

lundi 7 mai 2012


CE N’EST QU’UN DEBUT,…..
Raoul Marc Jennar | jennar.fr | lundi 7 mai 2012

Ne boudons pas notre plaisir. Ce 6 mai au soir fut un moment de bonheur et de soulagement. La peur que se continuent des années de destruction démocratique et sociale était si grande.

Une porte s’est ouverte. Indispensable pour entrer dans une ère nouvelle. L’alternance est une condition nécessaire, mais non suffisante pour une vraie alternative.

Une nouvelle étape doit être franchie en juin.

Car le PS ne nous offre pas la garantie absolue d’un vrai changement dans les domaines de la démocratie parlementaire, de la république sociale, de la planification écologique. Des orientations ont été indiquées par le PS qui justifient qu’on ait tout fait pour chasser Sarkozy. Mais chacun sait qu’une orientation peut trouver des manières très différentes d’être mise en œuvre.

Si on veut que soit restauré l’Etat de droit, qu’on aille vers une autre République, que l’égalité et la justice sociale soient plus que des thèmes de campagne, que des mesures concrètes soient prises pour lutter contre la toute puissance de l’oligarchie capitaliste, contre le chômage, les licenciements boursiers, les délocalisations, contre le démantèlement des services publics, contre le changement climatique et les atteintes à la biodiversité, pour une autre Europe infiniment plus démocratique et sociale, alors, il faut contrer l’influence des libéraux de gauche (qui idolâtraient DSK jusqu’en mai dernier), il faut à la gauche du PS un contrepoids : un important groupe parlementaire Front de Gauche qui défende à l’Assemblée nationale le projet porté avec talent par Jean-Luc Mélenchon.

Des élus Front de Gauche en grand nombre, c’est le meilleur moyen d’indiquer au PS qu’il n’a pas reçu un chèque en blanc et qu’il n’a surtout pas un mandat pour poursuivre les politiques libérales appliquées depuis le tournant de la rigueur de 1983. N’oublions jamais que le gouvernement Jospin a davantage privatisé que les gouvernements Balladur et Juppé réunis. N’oublions pas l’appui du PS aux politiques européennes de concurrence de tous contre tous, de dérégulation, de démantèlement du droit du travail.

La vigilance impose une force parlementaire qui ne cède rien au capitalisme.

Voir en ligne : CE N’EST QU’UN DEBUT,…..

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0