Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > 30 mars 2012 Commémoration de la Journée de la Terre à Paris et aux frontieres (...)

30 mars 2012 Commémoration de la Journée de la Terre à Paris et aux frontieres d’Israël

| gups-france.org & israel-infos.net | mardi 20 et lundi 26 mars 2012

lundi 26 mars 2012

2 truks sur cette journee de la terre...




gups-banniere

30 mars 2012 Commémoration de la Journée de la Terre à Paris
| gups-france.org| mardi 20 mars 2012

Vendredi 30 mars 2012, nous commémorerons la 36ème Journée de la Terre : le 30 mars 1976 les Palestiniens de Galilée lançaient une grève générale contre la décision de l’occupant de confisquer 25 000 donums de leurs terres. La grève fut suivie à Gaza et en Cisjordanie. Face aux pressions sionistes pour annuler cette journée d’action, la grève se transforma en manifestation. Les forces d’occupation sionistes réprimèrent le mouvement dans le sang : 6 morts et des centaines de blessés et des centaines d’arrestations parmi les Palestiniens.

Depuis 1967 et l’occupation de notre capitale par les forces sionistes, AlQods-Jérusalem et ses habitants palestiniens sont victimes de la stratégie d’expansion colonialiste. La colonisation forcenée et continue de la ville et des quartiers alentours a des conséquences dramatiques pour la population locale :

Les colons, appuyés par l’armée sioniste, occupent maisons et quartiers palestiniens, terrorisent les familles pendant des mois et finissent par les expulser par la force des armes comme à Shaykh Jarah et Silwan. Le cœur de la vieille ville d’AlQods-Jérusalem est le théâtre des mêmes évènements. Les habitants palestiniens de la ville sainte subissent également les humiliations quotidiennes des colons qui se promènent armés ; lors des fêtes juives, tous les magasins doivent être fermés, et les maqdisiyin/habitants d’ AlQods sont sous couvre-feu, et le même scénario se produit dans toutes les villes et villages colonisés et occupés (Akka, Yafa, Haïfa…). Et tous les jours, les hommes de moins de 50 ans sont interdits d’aller prier à la mosquée Al Aqsa, 3ème lieu saint de l’Islam.

L’esplanade des Mosquées, symbole de l’histoire arabo-musulmane d’AlQods, reste un obstacle à la propagande sioniste dont l’objectif est d’effacer cette identité de la ville sainte. Elle est régulièrement la cible des colons tout comme les églises.


30 mars 1976 - 30 mars 2012 :
36ème Journée de la Terre
AlQuds-Jérusalem, coeur de la Palestine,
dans le coeur des Palestiniens

Conférence avec :

-Atallah Hanna, archevêque du patriarcat orthodoxe de Jérusalem (vidéo) 
-Hassan Jaddeh, Afro-Palestinien, militant du centre Nidal 
-des étudiants venus de toute la Palestine, des camps de réfugiés des pays arabes et de France

 

Film,
Poésie,
Stands

Vendredi 30 mars 2012,
à 18h30 à la bourse du travail de Paris 
3 rue du château d’eau - 75010 Paris br> M° République

 




aaa

Israël se prépare à des manifestations massives pour la journée de la terre
Misha Uzan | israel-infos.net | lunes 26 de marzo 2012

La défense israélienne se prépare à une manifestation de masse prévue ce vendredi dans laquelle des militants arabes de toute la région, envisagent de marcher vers les frontières d’Israël, à l’occasion de la journée de la terre, le 30 mars – voir notre article dans la rubrique Histoire.
Israël se prépare à de possibles troubles le long de ses frontières avec le Liban, la Syrie, l’Egypte, la bande de Gaza et les zones autonomes de Cisjordanie / Judée-Samarie.

Selon un responsable israélien, les plus grandes menaces semblent être la frontière israélo-libanaise, où des membres du groupe terroriste Hezbollah sont attendus, et la Judée-Samarie.

Des troubles pourraient également se produire le long de la frontière égyptienne, ce qui pourrait nuire aux relations diplomatiques déjà sensibles entre Israël et l’Egypte.
Et la frontière avec la Syrie est également bien gardée.

L’an dernier, alors que les troubles en Syrie avaient commencé, plusieurs centaines de personnes, probablement poussées par le régime syrien, avaient tenté de passer la frontière Israélo-syrienne pour la Nakba (l’indépendance d’Israël) et la Naksa (le début de la guerre des Six Jours).

Depuis, les Forces de défense israéliennes ont amélioré leur préparation et érigé de nouvelles clôtures.

Selon des médias arabes, plus de 50.000 manifestants sont attendus à l’est de Jérusalem.
L’Iran a publiquement soutenu l’événement, et pris part aux préparatifs pour provoquer des arrivées en masse aux frontières d’Israël. Selon certaines sources, la participation de l’Iran est la preuve de la nature islamique radicale de l’événement.

Des groupes tels que le Hamas, les Frères musulmans, et d’autres organisations terroristes comme le Hezbollah et le Djihad islamique sont également impliqués dans la préparation de la journée.

Les organisateurs affirment que les manifestations seront "non-violentes", mais les responsables israéliens craignent les provocations.

Basé à Londres, le journal Asharq Al-Awsat rapporte qu’Israël a envoyé un message aux Etats arabes avoisinants et à l’Aurotié palestinienne pour rappeler les risques encourus en cas de franchissement des frontières.

Un officiel libanais a déclaré que l’armée libanaise permettrait aux manifestants de marcher jusqu’au château de Beaufort, au nord du fleuve Litani, afin d’éviter la confrontation avec les troupes israéliennes. Malgré l’inquiétude en Israël, des médias arabes ont néanmoins émis l’hypothèse que, à la lumière de la lutte actuelle en Syrie et de la situation politique en Egypte, la journée de la Terre pourrait se limiter à de petits rassemblements.


La Journée de la Terre (يوم الأرض, Yom al-Ard ; יום האדמה, Yom Ha’adama) , le 30 mars, est un jour de commémoration pour le peuple palestinien marquant le souvenir des événements de ce jour en 1976.
Le 19 février 1976, le gouvernement israelien annonça sa décision de confisquer 25 000 dunums de terre en Galilée. Suite à cette décision, les Arabes d’Israël répliquèrent par la grève générale, suivant le mot d’ordre lancé par la Conférence Nationale pour la Défense des Terres Arabes (front constitué en septembre 1975, réunissant des villageois, maires et conseillers municipaux des principaux villages arabes, en Galilée et dans la région du Triangle, la seconde région de peuplement arabe en importance à l’intérieur d’Israël) avec les chefs traditionnels de la communauté druze et chefs tribaux des bédouins du Néguev. En dépit des pressions, des menaces et d’une campagne hostile menée par la presse israélienne, la grève eut lieu le 30 mars. La présence de l’armée israélienne transforma la grève en manifestation, puis en révolte. En même temps, les Palestiniens de Cisjordanie et Gaza se mirent en grève, en solidarité avec leurs frères, citoyens d’Israël. Bilan de la journée : 6 morts, une centaine de blessés et des centaines d’arrestations. Cette logique de confiscation des terres a conduit progressivement les Arabes israéliens à se découvrir, comme les autres palestiniens, victimes du même processus de dépossession qui ne se poursuit pas seulement dans les Territoires occupés mais en Israël même, en Galilée et au Neguev1.
source wikipedia



1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0