Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > Présidentielle 2012 & temps de parole : La télé et la radio, outils de (...)

Présidentielle 2012 & temps de parole : La télé et la radio, outils de propagande du bipartisme UMP - PS

Lg | agoravox.fr | mardi 20 mars 2012

mardi 20 mars 2012

aaa

Présidentielle 2012 & temps de parole : La télé et la radio, outils de propagande du bipartisme UMP - PS
Lg | agoravox.fr | mardi 20 mars 2012

Alors que les signatures des candidats à l’élection présidentielle sont bouclées. Cet article relate des études publiées sur le site du Conseil supérieur de l’audiovisuelle. Ces études démontrent que trop de temps de parole est consacré à l’UMP et au PS, ce qui laisse un goût amer au multipartisme. Tout ceci au détriment des parties moins infiltrés au sein de la République Française comme le Mouvement démocratique de François Bayrou, le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon, le Front national de Marine Le Pen, ainsi que tous les autres partis moins « volumineux ».

JPEG - 84.6 ko

Nous allons donc apprendre, qu’ « ensemble tout devient possible », même le fait de prouver par A + B que nous ne vivons plus dans une république n’est digne que du nom de bipartisme. Nous apprendrons aussi que les médias dominants ne sont que des rouages de propagande moderne pour ce régime bipartite dans lequel nous sommes plongées depuis très longtemps.

Nous allons donc rappeler la définition du temps de parole et les principes qui y sont attachés par l’intermédiaire du CSA (I), pour ensuite, s’attarder sur la pratique (II). Enfin nous conclurons sur les dangers d’un tel système (III).

La démonstration suivante n’est qu’une constatation factuelle d’éléments fournis par le gouvernement français par le biais du CSA. Cet article est long, mais la démonstration amène à un bilan consternant.

Le CSA et la théorie sur le temps de parole  :

« Pendant la période préliminaire (dans laquelle nous sommes jusqu’au 19 mars), les services de radio et de télévision veillent à une présentation et à un accès équitables à l’antenne des candidats déclarés ou présumés et de ceux qui les soutiennent.
L’équité s’applique au temps d’antenne et au temps de parole. »

De plus : « Les candidats déclarés ou présumés, ainsi que leurs soutiens, bénéficient d’un accès équitable sur les antennes. On tient compte de leur représentativité (mesurée par leurs résultats à des élections récentes et par les sondages), ainsi que leur capacité à faire campagne. »

Or on le sait, les sondages sont assez aléatoires et variables voir malléables. Ils ne peuvent donc pas être considérés comme véridiquement représentatifs de l’opinion publique. Ce qui à déjà largement été vérifiés, notamment en 2002. Alors qu’il sert de base au temps de parole. Donc la répartition du temps de parole est basée sur des éléments qui ne sont pas représentatifs de l’opinion publique. Ce qui va à clairement l’avantage des deux poids lourds du secteur, l’UMP et le PS.

[source]

La pratique concernant le temps de parole : des médias aux services de l’empire UMP-PS (statistique complète ici)

Alors que les extrêmes restent toujours mis à l’écart qu’ils soient de gauche ou de droite, les médias dominants essayent déjà de vendre le deuxième tour dans les chaumières françaises, en éludant tout aussi bien le centre. Ces mêmes médias ne se cachent donc pas d’occulter, de ce fait, un bon nombre de candidats. Ainsi, nous utiliseront la notion d’UMPS qui a tendance à se banaliser pour matérialiser ce bipartisme rampant, que nous confronterons à un groupe composé des autres tendances (MoDem, Fdg, Fn).

Dans notre étude, nous avons volontairement enlevé certaines chaînes non représentatives en termes d’audience ou de temps de parole totale consacré à la politique ; De même ne sont représentées que les émissions d’information. Nous allons comparer l’évolution des statistiques du CSA du 1er janvier au 10 février (a) et du 1er janvier au 9 mars (b), afin de déterminer la tendance globale de ce mois de mars (c).

Mais avant tout, qui contrôle quoi ?

Chaines d’informations continues : itélé appartient à Canal + qui appartient à Vivendi donc aux banques d’investissement et aux fonds de pensions. BFM TV appartient à NextRadioTV qui appartient à 36% à Alain Weill décoré de la légion d’honneur en 2007 par Jean-François Copé. LCI appartient à TF1 contrôlé à 43% par Bouygues)

Chaînes d’informations classiques : TF1 appartient à Bouygues ; France 2 et France 5 font partie de France Télévision contrôlé par l’état.

Les radios : France inter, France info et France culture font partie de Radio France, radio d’état. BFM et RMC appartiennent à NextRadio. RTL appartient à Bertelsmann lui même vendu à Sony il y a quelques années. Europe 1 appartient à Lagardère. Sun radio appartient à Espace groupe

Statistiques du CSA du 1er janvier au 10 février :

Chaines d’informations continues :

JPEG - 41.5 ko

Des trois chaînes d’informations continues, ni Hollande, ni Sarkozy n’ont moins de 30% du temps de parole, plus de 60% pour l’UMPS. La combinaison Bayrou, Mélenchon, Le Pen représente péniblement 25% sur itélé. Le reste des candidats se partage tout juste 10% en moyenne (dont 2% de Boutin, Morin ayant reporté leur voie sur Sarkozy par exemple). Répartition 2/3 pour l’UMPS contre 1/3 pour le reste.

Chaînes classiques :

JPEG - 47.5 ko

TF1 nous fait manger 43% de Sarkozy contre 13% de Hollande. Les chaînes nationales restent dans une proportion de 30% respective pour l’UMP et le PS. La combinaison (Modem, FdG, FN) dépasse péniblement 20% sur France 2. (Les reports de Boutin, Morin et Nihous, Chevènement et autres représentant 2 à 3% suivant les chaînes). Soit là encore, hormis le cas TF1, 2/3 pour l’UMPS.

Radios :

JPEG - 93.2 ko

Les radios, malheureusement, subissent le même effet que l’audiovisuel. Vous laissant apprécier la « performance » de France info 74,69% pour l’UMPS, dont 43,76% pour l’actuel président. Difficile de trouver une radio qui ne consacre pas 2/3 de son temps politique à l’UMPS.

Ces statistiques du CSA du 1er janvier au 9 mars :

Chaines d’informations continues :

Chaîne classiques :

JPEG - 47.9 ko

Radios :

JPEG - 85.9 ko

On sent que la double casquette, président et candidat, aide l’empereur en place et que les médias lui opposent uniquement et constamment le seigneur Hollande. D’ailleurs ceux-ci s’adonnent souvent à la joute verbale tous les deux, comme si on ne savait pas déjà qu’ils ont beaucoup de chance de se retrouver en amoureux au second tour...

Encore mercredi 7 mars sur BFM TV, Michel Hazanavicius, producteur de The Artist jouait encore de la comédie pour nous vendre l’UMPS en plus de son film. En indiquant qu’il allait être reçu par Nicolas Sarkozy, puis que par soucis d’égalité entre les candidats, l’équipe du film rencontrerait François Hollande. De quoi montrer son allégeance à l’Empire et surtout, mettre en évidence les deux seules parties ultra-médiatisés.

Si ça ce n’est pas du cinéma ! De la promo cinéma mélangée à du show business médiatico-politique… Encore une fois la campagne présidentielle de 2012 ne ressemble pas à grand chose. Tant pour l’équité entre tous les candidats, que pour la cohérence des élections elle même, voir pour la légitimité de celui qui sera élu au final. N’importe quel esprit pragmatique peut trouver plus qu’à redire.

Conclusion : L’instauration d’un bipartisme rampant par l’intermédiaire des médias dominants

Ces diverses tendances médiatiques montrent que deux candidats sont clairement mis en avant par ce système clairement biaisé. Il s’agit donc là, d’une forme de bipartisme que les médias dominants vendent clairement et sciemment.

La télévision et la radio restant le mode de contact le plus répandu entre le candidat à la présidence et l’électeur. On peut toujours imaginer l’impact d’un temps de parole aussi mal réparti dans l’esprit des électeurs. Instaurant insidieusement dans l’inconscient collectif qu’il n’y à que deux choix, la droite ou la gauche. L’UMP ou le PS.

Tout ceci au détriment d’un multipartisme éclairé qui rendrait quelques couleurs à une République française qui semble issue d’un vieux film muet des années 1920…

Si vous vous considérez comme citoyens. Vous êtes clairement invités à diffuser ceci sur vos réseaux sociaux afin que ceux-ci soient informés de manière claire et précise de la manière par laquelle les médias dominants de la télé et de la radio nous vendent un UMP - PS au deuxième tour. En consacrant pour la plupart plus des 2/3 des émissions sur ces deux parties.

Dans la définition du mot démocratie, la démocratie représente le régime politique dans lequel le peuple est souverain. Reprenons ce qu’ils nous ont volés depuis trop longtemps !

Moralité : N’attendez pas d’appel similaire à celui du 18 juin 1941 sur votre radio. La Radio est déjà contrôlée depuis longtemps, de même pour la télé.

JPEG - 111.9 ko


Voir en ligne : Présidentielle 2012 & temps de parole : La télé et la radio, outils de propagande du bipartisme UMP - PS

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0