Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > Coopération Iran/Israël "pour la science et la paix au Moyen-Orient"

Coopération Iran/Israël "pour la science et la paix au Moyen-Orient"

David Koskas | israel-infos.net | lundi 19 mars 2012

lundi 19 mars 2012

Israël et l’Iran coopèrent dans Sesame
David Koskas | israel-infos.net | lundi 19 mars 2012

Israël, l’Iran, la Turquie et la Jordanie se sont chacun engagés à donner 5 millions de dollars au projet .

synchrotron-sesame

Inspiré par le Centre européen pour la recherche nucléaire (CERN), placé sous les auspices l’UNESCO, SESAME est une installation de recherche en physique des particules situé près d’Amman.
Son acronyme signifie en français "rayonnement synchrotron pour la science expérimentale et ses applications au Moyen-Orient".

Il s’agit à la fois de promouvoir la recherche scientifique au Moyen-Orient et de "construire des passerelles culturelles entre les pays voisins et encourager la compréhension et la tolérance mutuelles grâce à la coopération internationale", comme le présente l’UNESCO.

Le projet était bloqué par des obstacles financiers – SESAME va couter au total 100 millions de dollars -, notamment dus au désistement de l’Egypte, qui devait faire partie des "sponsors", mais que les évènements récents ont forcé à se retirer.

L’Iran va donc remplacer l’Egypte, et les Etats-Unis et l’Europe pourraient donner 20 millions de dollars supplémentaires.

D’après Moshe Vigdor, qui dirige le comité pour la Planification et la budgétisation du conseil israélien pour l’Enseignement supérieur, le projet n’aurait pas tenu sans cet accord entre les quatre pays.

Et pour ce qui est de l’étonnante collaboration entre Jérusalem et Téhéran, il précise que "la science dépasse les frontières, et Israël participe à beaucoup de forums scientifiques internationaux au sein desquels de retrouve aussi l’Iran".

Premier synchrotron du Moyen-Orient – il en existe 60 dans le monde -, SESAME devrait être opérationnel en 2015.

Le synchrotron permet l’accélération de particules élémentaires pour produire un rayonnement électromagnétique qui permet l’étude de la matière.


Synchrotron/wikipedia


aaa
Le CNRS participe au synchrotron Sesame en Jordanie, projet pour la science et la paix au Moyen-Orient
| cnrs.fr | 3 nov. 2008

Espace presse

Le site du synchrotron Sesame vient d’être inauguré ce lundi 3 novembre 2008 en Jordanie par le roi de Jordanie, le directeur général de l’Unesco et des représentants des pays membres et observateurs. Le CNRS a fortement contribué à la réalisation de ce centre intergouvernemental de recherche interdisciplinaire, véritable lieu d’échanges entre scientifiques du Moyen-Orient, en cédant plusieurs équipements scientifiques et en formant des personnels à la construction et l’exploitation de l’instrument.

L’idée d’installer au Moyen Orient un centre de recherche autour d’une source de rayonnement synchrotron a été largement inspirée, il y a environ 10 ans, par des chercheurs du Cern, à l’occasion de la fermeture d’une installation de ce type à Berlin et du don par l’Allemagne des équipements correspondants. Conduit sous l’égide de l’Unesco avec le logo « Sciences pour la Paix », Sesame s’est peu à peu imposé. Même à l’état de projet, il a été pour de nombreux scientifiques du Moyen Orient une possibilité d’échanges et de séminaires de travail croisés. Plus important encore, des ateliers d’utilisateurs potentiels du rayonnement synchrotron ont permis l’établissement de relations entre jeunes chercheurs de la région.

Le CNRS a participé à la réalisation du synchrotron Sesame en cédant gratuitement à la Jordanie du matériel de haute précision dans le rayonnement électromagnétique provenant du Laboratoire pour l’utilisation du rayonnement électromagnétique (LURE) d’Orsay : une ligne expérimentale complète conçue pour l’étude des propriétés structurales et électroniques de la matière diluée dans le domaine spectral des rayons X tendres et de l’UV, un onduleur et des matériaux de protection biologique contre les radiations. Ces instruments permettront d’extraire un faisceau X de grande brillance (onduleur), de réaliser une première ligne expérimentale et de mettre en place une protection radiologique des cabanes expérimentales. Le CNRS et le Haut-Commissaire à l’Énergie atomique ont apporté leur soutien au projet dès sa genèse, directement et par l’implication du laboratoire LURE puis de la société SOLEIL, dans la formation des ingénieurs et des scientifiques appelés à assurer la construction et l’exploitation de la machine et des lignes expérimentales.

Parrainé par l’Unesco, cet équipement est rattaché à 9 pays membres : Bahreïn, Chypre, Iran, Israël, Jordanie, Pakistan, Autorité Palestinienne et Turquie. La France fait partie des 10 pays observateurs.


Contacts :

Chercheurs l Abderrahmane Tadjeddine l T 01 44 96 40 92 l abderrahmane.tadjeddine@cnrs-dir.fr
Président du comité TGE au CNRS l Michel Spiro l T 01 44 96 47 53 l mspiro@admin.in2p3.fr
Presse CNRS l Cécile Pérol l T 01 44 96 51 51 l cecile.perol@cnrs-dir.fr




sur le même sujet :

Sesame : un synchrotron pour la science et la paix au Moyen-Orient
| techno-science.net | 4 nov. 2008
Le site du synchrotron Sesame (Synchrotron-light for Experimental Science and Applications in the Middle East) vient d’être inauguré ce lundi ...




Voir en ligne : Israël et l’Iran coopèrent dans Sesame

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0