Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > Hackers décapités

Hackers décapités

Pierre Alonso et Guillaume Ledit | owni.fr | mercredi 7 mars 2012

mercredi 7 mars 2012

owni.fr

Hackers décapités
Pierre Alonso et Guillaume Ledit | owni.fr | mercredi 7 mars 2012

Le FBI a procédé à une vague d’arrestations de hackers proches des Anonymous. Des arrestations rendues possibles grâce au retournement de l’un d’eux il y a quelques mois. Celui-ci a été infiltré au sein du groupe des Anonymous chargé de mener des opérations d’intrusion, notamment contre Stratfor.

Nous avons coupé la tête de LulzSec.

Un officiel du FBI s’est félicité mardi d’une vague d’arrestations de hackers conduites aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Elle a visé trois groupes de hackers : LulzSec, émanation foutraque du collectif informel Anonymous, AntiSec qui a revendiqué le piratage de l’entreprise de renseignement privé Stratfor, et Internet Feds.

La taupe

Ce coup de filet a été rendu possible grâce au retournement de Sabu, ou Hector Xavier Monsegur à l’état civil. Ce New-yorkais de 28 ans a récolté pendant plusieurs mois des informations au profit du FBI, d’après Fox News qui a révélé l’affaire. Un média bien placé puisque Sabu était accusé d’avoir “participé à une cyber-attaque contre les ordinateurs de Fox” selon l’acte d’accusation [PDF] établi par le procureur de New York, Preet Bharara.

Dans ce document, les faits reprochés s’arrêtent brutalement au 7 juin 2011, date de son arrestation par les autorités américaines. Le 15 août, Sabu plaide coupable pour douze chefs d’inculpation. Le FBI remplace son ordinateur portable par un autre, qu’ils maintiennent sous surveillance.

“Membre influent de trois organisations de hackers”, il lui est reproché d’avoir pris part à des activités illégales au sein de trois collectifs : Anonymous, LulzSec et Internet Feds. Deux derniers groupes auxquels appartiennent des membres arrêtés en début de semaine.

Le logo du collectif de hackers LulzSec

“Ça n’a pas été facile”, a expliqué à Fox News un officier du FBI qui a participé au retournement de Sabu. “On a réussi grâce à ses enfants. Il ne voulait pas partir en prison et les laisser. C’est comme ça qu’on l’a eu”.

L’acte d’accusation détaille les opérations auxquelles Sabu a pris part. Au sein d’Anonymous d’abord, pendant les révoltes arabes. Le procureur l’accuse d’avoir attaqué par déni de service des sites gouvernementaux en Algérie ou en Tunisie et d’avoir identifié puis testé sans autorisation des failles de sécurité dans les serveurs yéménites et zimbabwéens. Avec le collectif Internet Feds, il aurait participé aux piratages de HBGary, de The Tribune et de Fox.

La liste est plus longue, et les cibles plus sérieuses, pour les attaques conduites avec LulzSec : le Sénat américain, la radio publique américaine PBS, une branche d’une société américaine qui travaillent avec le FBI, Infragard-Atlanta, les entreprises Sony, Nintendo et Bethesda Softworks.

Piratage de Stratfor

Je sais qu’un des membres de LulzSec (“CW-1”) a été arrêté par les autorités et a accepté de coopérer avec le gouvernement dans l’espoir d’obtenir une réduction de peine. CW-1 a plaidé coupable pour plusieurs actes d’accusation (…). Selon mes recherches, les informations fournies par CW-1 sont fiables et correctes, et ont été corroborés par d’autres informations obtenues dans le cadre de cette enquête.

Cette déclaration, qui pointe Sabu sans le nommer, provient de l’agent spécial du FBI Milan Patel. Elle apparaît dans la plainte du procureur contre Jeremy Hammond, arrêté lundi à Chicago. Il est l’un des artisans du piratage de Stratfor, l’entreprise de renseignement privée dont WikiLeaks publie les échanges internes depuis le 27 février. Le piratage des boîtes mails de l’entreprise est revendiqué par AntiSec, un groupe de hackers créé en juin 2011, qu’ont rejoint “plusieurs membres de LulzSec” selon l’agent spécial du FBI.

WikiLeaks déshabille Stratfor

WikiLeaks déshabille Stratfor

En partenariat avec WikiLeaks, OWNI met en évidence le fonctionnement de l’un des leaders du renseignement privé, ...

Les services fédéraux suivent le piratage de Stratfor grâce à l’accès ouvert par Sabu. Les hackers utilisent des protocoles sécurisés pour échanger conversations et documents. Ils stockent les données dérobées à Stratfor sur des serveurs cachés (.onion) accessibles en utilisant Tor, un logiciel permettant d’anonymiser la navigation sur Internet.

Lors du piratage, le FBI demande à Sabu de fournir aux hackers d’AntiSec un serveur pour stocker les données. L’agent spécial Milan Patel les authentifie en les comparant à celles disponibles sur le serveur caché (.onion). Les discussions en temps réel entre Sabu et Jeremy Hammond sont chiffrées, mais l’agent du FBI en obtient copie. Dès le 6 décembre, Jeremy Hammond raconte avoir choisi une nouvelle cible, Stratfor. Quelques jours plus tard, le 19 décembre, il annonce que l’ensemble des messages internes de l’entreprise de renseignement privé ont été copiés.


Illustration par Karat (CC-byncsa) remixée par Owni /-)

Voir en ligne : Hackers décapités

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0