Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > Nanotechnologies : quelques avancées mais encore beaucoup d’incertitudes (...)

Nanotechnologies : quelques avancées mais encore beaucoup d’incertitudes !

| afoc.net | mercredi 29 février 2012

lundi 5 mars 2012

Afoc.net

Nanotechnologies : quelques avancées mais encore beaucoup d’incertitudes !
| afoc.net | mercredi 29 février 2012

Les associations de défense des consommateurs et de l’environnement, dont l’AFOC, semblent avoir été entendues par les responsables politiques français et européens, comme le montrent les nombreux textes parus au dernier trimestre 2011 et au premier trimestre 2012.

Ainsi, le 25 octobre 2011, le Parlement Européen et le Conseil de l’Union Européenne ont adopté le nouveau règlement concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires. Ce texte prévoit que les ingrédients, qui se présentent sous la forme de nanomatériaux manufacturés, soient signalés par la mention « nano » dans la liste des ingrédients. Mais ce règlement n’entrera en application que seulement à partir du 13 décembre 2014.

Le 19 janvier 2012, le Parlement Européen a adopté une « position », en vue de l’adoption d’un règlement sur les biocides contenant des nanomatériaux. Cette « position » s’applique notamment aux surfaces en contact avec les aliments, pour lesquelles c’est principalement le nanoargent qui est utilisé. Pour la première fois, l’étiquette devra indiquer la présence des nanomatériaux, mais aussi les risques spécifiques qui y sont liés. Ce texte nécessite l’aval du Conseil de l’Union Européenne et devrait entrer en vigueur au 1er septembre 2013 pour une première série de substances et en 2020, pour le reste.

En France, le 13 février 2012, le Gouvernement a enfin répondu à la CNDP (Commission nationale du débat public) pour présenter ses engagements sur les nanotechnologies, qui consistent à développer la recherche publique en toxicologie, écotoxicologie et en métrologie et à former les personnels exposés. Plus concrètement, le Gouvernement a adopté un décret le 17 février 2012, qui rend obligatoire la déclaration annuelle au Ministère de l’environnement des substances à l’état nanoparticulaire par les fabricants, les importateurs, et les distributeurs, dès lors qu’ils produisent, importent ou distribuent au moins 100 grammes par an de cette substance. Ces informations seront ensuite mises à disposition du public.

L’AFOC considère que ces textes vont dans le bon sens, mais les résultats des études de toxicologie sur les premiers nanomatériaux interviendront dans plusieurs années. Pendant ce temps, les professionnels auront mis sur le marché de nouveaux nanomatériaux dont les risques ne seront étudiés que beaucoup plus tard, ce qui est contraire à la règle de prévention des risques : « pas de données, pas de marché ».

Paris, le 29 février 2012

La Secrétaire générale

Valérie Gervais

Association Force Ouvrière Consommateurs

141, Avenue du Maine — 75014 Paris

Contact communiqué : Yannick Pain 06 77 87 57 47

Voir en ligne : Nanotechnologies : quelques avancées mais encore beaucoup d’incertitudes !

1 Message

  • Le 13 décembre 2014, c’est pratiquement en 2015, soit 3 ans de délai pour une simple mention sur étiquette. Sans compter les fraudes aux règlementations dont le citoyen est rarement avisé quand elles sont découvertes.
    Non seulement c’est se foutre de la gueule des gens, mais en plus d’ici là on aura x fois l’occasion de s’empoisonner sans le savoir. Ou plutôt sans que NOUS le sachions. Car les agro-industriels, eux sauront parfaitement s’ils ont mis des nano-éléments dans la bouffe ou pas. C’est bien parti pour quelques cancers de plus ?!?
    Cette chère humanité...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0