Truks en vrak
Accueil du site > 2012 > mars > A Strasbourg, en attendant le droit de vote, les étrangers ont leur (...)

A Strasbourg, en attendant le droit de vote, les étrangers ont leur assemblée

| lagazettedescommunes.com | jeudi 8 mars 2012

jeudi 8 mars 2012

lagazettedescommunes

A Strasbourg, en attendant le droit de vote, les étrangers ont leur assemblée
| lagazettedescommunes.com | jeudi 8 mars 2012

Le droit de vote des étrangers aux élections locales, porte ouverte au communautarisme : l’idée fait bondir au Conseil des résidents étrangers de Strasbourg, où ceux qui ne veulent plus être des "citoyens de seconde zone" s’impliquent dans la vie municipale.

« En trois ans, au sein du Conseil, il n’a pas été question une seule fois de viande halal dans les cantines ou d’horaires de piscine réservés aux femmes », s’agace Farid Slimani, un Algérien de 29 ans, porte-parole de cette instance créée en 2009 par la municipalité de gauche.

Un « risque communautaire » infondé - Pour ce docteur en pharmacie, fraîchement diplômé à Strasbourg où il vit depuis 2005, le « risque communautaire » brandi jeudi 8 mars par Nicolas Sarkozy est infondé. « Il y a un risque que cette communauté étrangère voudra faire entendre des revendications communautaires », a expliqué le président-candidat sur RMC/BFMTV.

« Au Conseil des résidents étrangers (CRE), il y a des gens qui viennent du monde entier et pas seulement des musulmans, et nous débattons de questions d’intérêt commun, de lutte contre les discriminations, d’accès au logement, c’est tout le contraire du communautarisme », explique M. Slimani.

Démocratie locale - Le CRE de Strasbourg réunit 40 résidents étrangers hors Union européenne et une soixantaine d’associations. En attendant un éventuel droit de vote, son objectif est de promouvoir une « citoyenneté de résidence » en donnant la possibilité de participer à la vie municipale.

La capitale alsacienne fait figure de pionnière : son maire, Roland Ries (PS), est à l’initiative du réseau des CRE existant dans une douzaine de villes (le Cofracir) et d’un appel des maires pour le droit de vote des résidents étrangers en France, lancé en 2010.

« Cet appel est une grande fierté, c’est un projet dont nous lui avions parlé et qu’il a repris », se félicite Patricia Garcia de Poillerat, membre mexicaine du CRE, qui selon elle « redonne une dignité à ceux qui sont parfois considérés comme des citoyens de seconde zone ».

Parler des problèmes - « Avec nos origines, nous sommes les porte-paroles de gens qui n’ont pas l’habitude de parler, ça permet d’avoir une vision plus claire de certains problèmes qui concernent tout le monde », plaide cette femme de 59 ans arrivée à Strasbourg il y a près de 30 ans, très impliquée dans la vie associative.

Depuis 2009, le CRE a pu donner son avis sur plusieurs dossiers municipaux et faire des propositions notamment sur la diversité culturelle ou l’accès au logement. « Nous avons par exemple obtenu d’avoir un représentant au Conseil d’administration du bailleur social de la ville », souligne Serge Moundounga, un Gabonais de 34 ans installé depuis 2008 à Strasbourg.

« On montre ici que les résidents étrangers s’impliquent dans la vie locale : au nom de quoi ne peuvent-ils pas voter, alors que c’est un outil d’intégration ?, s’interroge-t-il. L’argument de la nationalité ne tient pas puisque ceux qui viennent d’un pays de l’UE ont ce droit ».

Les vertus du dialogue - Au sein du conseil, il a pu y avoir « des tentatives de propositions communautaristes par certaines associations », reconnaît Anne-Pernelle Richardot (PS), adjointe en charge de la citoyenneté. « Mais le mélange, l’échange et le dialogue politique ont permis de les écarter », estime-telle.

« Dire à un étranger qu’il n’a pas le droit de participer à la vie municipale, c’est le pousser à se replier sur sa communauté », plaide-t-elle, alors que Nicolas Sarkozy a estimé jeudi que le PS « ayant perdu le vote populaire » voulait « récupérer le vote communautaire » en promettant le droit de vote des étrangers aux élections locales.


Voir en ligne : A Strasbourg, en attendant le droit de vote, les étrangers ont leur assemblée

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0