Truks en vrak
Accueil du site > 2011 > décembre > Dans le secret de MegaUpload

Dans le secret de MegaUpload

Benoit Le Corre | owni.fr | mercredi 14 décembre 2011

mercredi 14 décembre 2011

aaa

Comptes offshore, sociétés à Hong Kong ou à Auckland, porte-parole mystère et pactole considérable dans des paradis fiscaux... Dans la vraie vie, les patrons de MegaUpload échangent des montagnes de billets et changent d’identité.

aaa

La plateforme d’échange de fichiers MegaUpload sort de son long mutisme, alors que depuis le mois d’octobre le Congrès américain planche sur le projet de loi Stop Internet Piracy Act (SOPA), permettant de bloquer ce type de sites. En France, un collectif de syndicats français de l’audiovisuel cherche à imposer des dispositifs comparables. En guise de contre-attaque, vendredi dernier, la plateforme de streaming et de téléchargement direct diffusait une vidéo intitulée The Mega Song où P.Diddy, Will.i.am, Alicia Keys, Snoop Dog et d’autres pontes de la scène musicale américaine sous contrat avec des majors chantent les louanges de MegaUpload.

4% du net

Sur MegaUpload, chaque internaute ayant créé un compte peut y stocker un fichier et autoriser son téléchargement à n’importe qui. Au fil du temps, il s’est imposé comme un lieu de consommation audiovisuelle sur le net ainsi qu’un repère pour les fichiers pirates. D’après sa vidéo promotionnelle, il rassemblerait quotidiennement 50 millions de personnes et représenterait, à lui seul, 4% du net. En France, la diabolisation du Peer-to-Peer par Hadopi 2 se serait traduite par une migration des internautes vers des plateformes de streaming comme MegaUpload. C’est aujourd’hui le 22ème site le plus visité chaque jour par les Français.

La vidéo ci-dessus est signe de changements. MegaUpload abandonne la posture défensive qu’il adopte habituellement face aux ayants-droit et passe à l’attaque. L’entreprise vient aussi de porter plainte contre Universal music group (UMG). Le motif : UMG a bloqué l’accès à The Mega Song sur Youtube quelques instants après sa diffusion. Autre signe avant-coureur de changement : MegaUpload ouvre les vannes de sa communication. En l’espace d’un week-end, deux haut-gradés ont témoigné sur le site Torrent Freak pour dénoncer UMG. Inédit.

Après avoir tenté à plusieurs reprises de joindre les responsables de MegaUpload, nous nous sommes entretenus avec l’un de ses représentants, un certain David, qui n’a pas souhaité nous communiquer son véritable nom. Selon lui, MegaUpload serait un site parmi toutes les activités du MegaWorld. Ce dernier regroupe treize portails développés et deux en développement. Tous portent le préfixe Mega.

Ce “Global Business”, comme il le qualifie, permet une forte rentabilité grâce à sa régie publicitaire MegaClick et à son système de paiement MegaPay. Les annonceurs et les abonnés payants, prêts à mettre la main au portefeuille pour accélérer la vitesse de leur téléchargement sur les sites MegaUpload et MegaVideo, constitueraient la principale source de revenu du MegaWorld. Qu’elle compte accroître avec ses prochains services MegaKey et MegaMovies. Lesquels permettront aux internautes de visionner des films de manière légale en remplaçant leur publicité habituelle par des annonces provenant de MegaClick.

Vue sur le quartier de Won ChaÏ à Hong-Kong

Mais le tableau peint par ce David s’avère incomplet. Le MegaWorld n’est pas le centre névralgique des sites, il s’apparente davantage à une marque. En réalité, la gestion de la majorité des sites Mega s’opère via la société MegaUpload Limited, située dans le quartier d’affaires Won Chaï à Hong Kong. Créée en 2005, l’implantation dans cette ancienne colonie anglaise n’est pas anodine. Hong Kong dispose d’une réglementation très souple envers les sociétés étrangères : exonération d’impôts sur les sociétés et les revenus, peu de taxes.

L’analyse WHOIS des quinze noms de domaine annoncés sur MegaWorld.com montre que trois autres sociétés cohabitent dans les locaux de MegaUpload Limited, à Hong Kong : MegaVideo Limited, MegaMedia Limited et MegaRotic Limited. Ces sociétés composeraient donc, à elles quatre, la face administrative du MegaWorld. Le conditionnel est de rigueur !

Car de son côté, le registre des sociétés de Hong-Kong indique que le fondateur de ces quatre entreprises, Kim Tim Jim Vestor, a enregistré trois autres sociétés, en plus, dans le quartier de Won Chaï : Vestor Limited, N1 Limited et Mega PixLimited. Interrogé à ce sujet, le porte-parole n’a pas été en mesure de dire si elles appartenaient ou non au MegaWorld. Il n’a pas non plus été en mesure de nous mettre en contact avec ce mystérieux Kim Tim Jim Vestor. Kim Schmitz, de son véritable nom.

Kim ou Tim ou Jim ou ?

L’an passé, des journalistes néo-zélandais d’Investigate Magazine ont enquêté sur l’identité de l’homme. Kim Schmitz est un ancien pirate informatique allemand qui traîne derrière lui un lourd passé. Il s’est illustré en pénétrant les systèmes informatiques les plus protégés, comme celui de la NASA, et s’est enrichi grâce à des transactions frauduleuses. Au début des années 2000, Kim Schmitz s’est reconverti au streaming sur Internet. C’est lui qui aurait créé MegaUpload Limited en 2005 grâce à un passeport finlandais, le présentant comme Kim Tim Jim Vestor. Utilisant alternativement son passeport allemand (où il est identifié en tant que Kim Schmitz) et son passeport finlandais, il a créé plusieurs sociétés en Asie, à l’image des Mega, Kimpire, Kimvestor, avant de prendre une retraite géographique, fin 2010, en Nouvelle-Zélande. Toutes sont à retrouver sur les registres des sociétés hong-kongaises.

Las de vivre avec sa famille à Hong-Kong, Kim Schmitz aurait acquis la plus chère maison de Nouvelle-Zélande, près d’Auckland. Lors d’une interview accordée au quotidien national New Zealand Herald, Kim Schmitz révèle qu’il a changé son nom pour Kim Dotcom (PointCom en français). Il assure faire partie des dix personnes les plus riches de Nouvelle-Zélande, tout en refusant d’expliquer comment il a obtenu cette fortune. Comme pour conforter ses dires, il finance peu de temps après le plus coûteux feu d’artifice qu’a connu Auckland. Il distribue aussi des fonds pour les victimes du tremblement de terre de Canterbury.

Vue sur Auckland

Pour autant, le bienfaiteur ne l’emporte pas sur l’entrepreneur. Sur le registre des sociétés néo zélandais, deux entreprises apparaissent au nom “Kim Dotcom” : MegaStuff et MegaCar. Ex-Kim Schmitz les a créées en 2010 et 2011 avant de céder sa place de directeur et d’en devenir l’actionnaire majoritaire. Tous les fonds investis proviennent, sans surprise, du quartier de Won Chaï à Hong-Kong.

Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Au regard de ces éléments, Kim Schmitz tient encore les rênes du MegaWorld. Même si le groupe prétend avoir pour président un homme appelé David Robb. Lui aussi inconnu aux bataillons du streaming et du téléchargement direct. L’auteur du blog Torrent Freak, spécialisé sur le sujet, l’a interviewé mais nous a précisé :

Je ne le connaissais pas avant ce week-end.

Dans une procédure américaine qui s’est achevée cet été, la justice voyait en Kim Schmitz le véritable patron de la plateforme. La société d’édition érotique Perfect 10 avait porté plainte contre MegaUpload pour atteinte au droit d’auteur. Or, sur les documents du tribunal, la personne représentant la défense s’appelle “Kim Schultz” (la juge californienne ayant mal orthographié son nom de famille). OWNI a contacté Norman Z. de Perfect 10, au sujet de sa plainte. Selon lui : “Kim Schmitz adore Perfect 10 et voudrait faire affaire avec nous”.


Photos de Hong-Kong par Stuck In Customs [cc-byncsa] via Flickr ; Photo d’Auckland par Sandy Austin [cc-bync] via Flickr ; Capture d’écran du site Megaworld

Voir en ligne : Dans le secret de MegaUpload

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0